Le Compendium
      Albert Balasse

Série de "Poids carats métriques"

Série de "poids carats métriques" , en maillechort sur taquet en bakélite de 12,5 x 5 cm - Vers 1915

Ces poids carats métriques, c'est-à-dire les masses marquées en carat métrique de notre série, portent le poinçon de "vérification primitive" apposé par le service des poids et mesures. Ce poinçon garantit la validité de la valeur indiquée lors de sa mise en service. Il s'agit de la marque "à la bonne foi" symbolisée par une poignée de main. Est également présente, la marque du balancier, un W dans un ovale qui, si l'on se réfère à la liste proposée par la Société métrique de France, (bulletin numéro 2001/1), est celle de Paul WALTON inscrit, en 1911, au Registre relatif à l'insculpation des frabricants de poids et mesures. L'insculpation consistait, en application de la circulaire du 31 décembre 1825, à apposer sa marque sur une plaque de cuivre ou d'étain conservée par le bureau de vérification.

Le carat métrique est une grandeur hors système international d'unités (SI). Toutefois, le décret du 3 mai 1961 relatif aux unités de mesure et au contrôle des instruments de mesure indique que "dans les transactions relatives aux diamants, perles fines et pierres précieuses, la dénomination de carat métrique peut être donnée au double décigramme". Dans ce même décret, aucun symbole ne lui est attribué mais l'abréviation "c.m" est généralement retenue dans les écritures.

Le carat métrique correspond au double décigramme c'est-à-dire à 200 mg. Ici, son côté est voisin de 7 mm et son épaisseur de l'ordre du 1/2 mm.

Les poids carats ont la forme d'un tronc de pyramide à base carrée, particularité peu visible pour les plus petits d'entre eux. Leur face principale porte la valeur exprimée en carat métrique et la face opposée la correspondance en gramme.

Les subdivisions du carat métrique ont la forme d'une lamelle fine au coin replié pour permettre la préhension à l'aide d'une pince. Elles sont marquées en 1/100. La subdivision, marquée 50 sur l'image à droite, vaut 1/2 carat métrique ou 50/100. La plus petite subdivision rencontrée dans une boîte de carats métriques est le 1/100 : elle correspond à 2 mg.

Dans son catalogue Balances et Accessoires de Précision pour le commerce des Diamants, Perles Fines, Pierres Précieuses, la Maison EXUPÈRE propose, vers 1910, une série identique à celle présentée sur cette page.

En 1909, le carat métrique de 200 mg a remplacé le carat. Ce dernier, que l'on a alors appelé "carat ancien", était égal à un peu plus de 205 mg en France mais n'avait pas forcément la même valeur dans les autres pays. Les multiples de ce carat ancien étaient 2, 3, 4, 8, 16, 32, 64, 100, 200, 300,... et il était divisé en 64 parties donnant les subdivisons 1/2, 1/4, 1/8, 1/16, 1/32 et 1/64. Pourtant, le Système métrique rendait obligatoire, depuis 1840, l'utilisation du kilogramme et de la division décimale... En 1905, Charles Edouard GUILLAUME, physicien et futur Prix Nobel, à écrit un article intéressant concernant le carat dans la revue La Nature, Revue des Sciences.

Un "poids" de 32 carats anciens.

En France, le carat métrique devenant le seul autorisé par la loi du 22 juin 1909, les constructeurs ont proposé, pendant une période de transition, des convertisseurs sous forme de disques de calculs ou, comme chez EXUPÈRE, des tableaux pour aider les utilisateurs, marchands de pierres et de perles, à exprimer les résultats dans la seule unité légale.

On peut rêver et imaginer que le contenu du second plateau de ce trébuchet est le Diamant bleu de Hope qui fait équilibre aux 44,52 carats métriques... Le dessin du diamant, à droite, est emprunté au DICTIONNAIRE DE L'INDUSTRIE ET DES ARTS INDUSTRIELS de E.-O. LAMI - PARIS - 1884

Carat et carat : ce n'est pas la même chose...

Le carat dont il est question sur cette page est une unité de masse. Que l'on parle du carat ancien ou du carat métrique, le sens est le même. Seule la valeur numérique change : elle est égale, à Paris, à 0,205 g (équivalant à 4 "grains" de l'ancien régime) pour le carat ancien et 0,200 g pour le carat métrique.

Il existe une autre signification du carat, joliment écrite dans le dictionnaire de l'académie française de 1798 :

Certain titre, certain degré de bonté et de perfection dans l'or. Il ne se dit point des autres métaux.

Il s'agit en effet, dans ce cas, du titre de l'or. Dans un alliage contenant de l'or, le carat correspond au 1/24 de la masse de cet alliage. Ce qui veut dire, par exemple, que lorsque l'on parle d'or à 18 carats, il s'agit d'un alliage contenant 18/24 d'or ou, ce qui revient au même, 75/100 d'or. L'or fin ou pur à 100/100 est de l'or à 24 carats.

On dit qu'un homme est un sot, est un impertinent  à vingt-quatre carats, pour dire, qu'il est sot, impertinent au souverain degré.

Dictionnaire de l'académie française - 1798 - An VII de la Rébublique
Document "Le Compendium"

Vers une balance-carat de poche de la Maison Exupère, utilisant des carats anciens de 205 mg.

Copyright ©  2007/016-2019 / Le Compendium - Albert Balasse / Tous droits réservés

ACCUEIL

MECANIQUE

NOUVEAUTÉS

PLAN DU SITE

SITE MAP

 Pour me laisser un message : ABCompendium@orange.fr